samedi 17 juillet 2010

Festival Fantasia : Retourner au premier.


Des expériences filmiques possibles, notre premier pas dans une salle de cinéma est souvent dans les plus fortes. La première fois que l’on rentre dans une salle, petit et malhabile, regardant les bancs de bas avec leur velours rouge, l’écran imposant dans sa neutralité, les colonnes de plâtre sur les côtés, l’odeur dans l’air. Le cinéma peut toujours bien se vanter d’être un des lieux les plus atypiques connus, dès que l’on rentre dans un théâtre, on aime ou on aime pas, l’univers doit être parfait, les bancs bien positionnés, les colonnes de son aussi, rien ne doit diverger de la recette sinon on se sent bousculé, inconfortable. Si des gens comme Bertolucci, Tornatore et Lynch aiment tant filmer cet univers du cinéma, c’est fort à parier pour des raisons de sacré, pour ces gens, la salle rouge représente le temple, l’hôtel. C’est le lieu de vénération de notre 7eim divinité, notre lieu de revitalisation, de resourcement dans l’univers des histoires, dans le domaine des mondes possibles, là ou fiction est plus forte que réalité, un lieu de culte magique et mystique.

C’est aujourd’hui même que nous avons la chance de revisiter nos débuts, ici à Fantasia, cet après-midi dans le chaud de la journée, nous pourrons, une fois de plus, retourner au début de nos souvenirs filmiques et retourner dans la grande salle rouge avec les bancs de velours et s’assoir en silence, entouré de curieux, revivre les premier moments d’émerveillement filmique. Malgré que nous ne partagions surement pas tous le même film, rien n’empêche que le nom Don Bluth nous retourne inévitablement à notre enfance, que ce soit par son travail d’animation de Thumper, ou de son Secret of Nym, Bluth est un des premiers sorciers à nous avoir emportés vers ses mondes imaginaires. De par ses innovations techniques (Pete and Elliot the Dragon) ou par son imaginaire futuriste (TITAN A.E .) Don Bluth restera pour plusieurs le maitre de la porte d’entré du cinéma, il sera pour plusieurs gens, le premier conteur errant, le maitre des clés du domaine de l’imaginaire. Aujourd’hui à 16 :00 au Theater Hall de Concordia sera projeté LAND BEFORE TIME de DON BLUTH, avec le maître de l’animation lui-même présent pour sans doute déchirer le billet d’entrée de nos consciences enfantines et libérer le charme qu’était d’aller au cinéma lors de notre enfance. Ce n’est que très rarement dans une vie que nous avons l’opportunité de se reconnecter avec quelque chose d’aussi marquant de nos premières années, de puiser dans la source de la magie qu’es le cinéma et de refaire le chemin initiatique qui nous à si grandement charmé.La suprise des immenses images vivantes à l'écran, la transposition dans un univers inconnu, même le titre THE LAND BEFORE TIME évoque la grandeur épique du voyage entrepris. Don Bluth est vértiablement une force pionnière de l'évocation du pouvoir de nos imaginaires d'enfance.

(Nous avons aussi discuté son oeuvre: American Tail le 10 Mars dernier, pour entendre l'émission, cliquez sur le comic-relief)



Aucun commentaire:

Publier un commentaire