mardi 13 juillet 2010

Notre émission du 13 juillet: Festival Fantasia-Lovecraft au cinéma, Stuart Gordon et les autres

POUR ÉCOUTER CETTE ÉMISSION, CLIQUER ICI
Épineuse, la question des adaptations de Lovecraft au cinéma hein? Les puristes ne sont jamais content, les néophytes s'y perdent. Pas assez subtil? Pas assez suggestif? Pas suffisamment métaphysique?
Comment faut-il adapter le Gringalet misanthrope? Avec des velléités auteurisantes? En faisant un hybride de film d'horreur, de science-fiction et de thriller psychologique? Finalement, faut-il l'adapter? Comme toutes les grandes oeuvres littéraires, on en vient à se poser de pertinentes questions sur ce qui fait l'efficacité et la légitimité de ces adaptations.


Peu de réalisateurs ce seront autant frottés à ces questions que l'exceptionnel Stuart Gordon. Il y a longtemps qu'une émission sur le sujet nous démange et l'éventuel "Master class" sur le sujet en compagnie du Maître présenté par Fantasia nous a convaincus de la faire au plus crisse. Voyez notre émission de cette semaine comme une préliminaire tentaculaire bien gluant avant la défonce en profondeur.

Voyez-vous, à cette époque où le bestiaire Lovecraftien est absolument partout dans la culture populaire, des figurines aux peluches, des t-shirts aux jeux vidéos, il est bon de ne pas oublier qu'à l'époque où Gordon faisait ses premières adaptations, l'ubiquité de cette mythologie était déjà considérable. Non pas en adaptation littérale, mais en tant que références thématiques et stylistiques. Le cinéma d'horreur des années 80 carburait sur Lovecraft, même timidement.
S'il ne fait pas l'unanimité chez les puristes, Gordon à l'immense mérite de s'être approprié le bestiaire et les codes lovecraftiens avec brio, sans académisme mais énormément de révérence.

2 commentaires: