mardi 22 avril 2014

Émission du 17 avril 2014 (293) : GONZALO GARCIA PELAYO et son chef-d’œuvre VIVIR EN SEVILLA (1978)

Pour écouter l'émission cliquer ici

Cette semaine le 7ème Antiquaire s’est proposé une expérience peu commune, peut-être même dangereuse, mais qui s’est révélée fort intéressante.. même passionnante. Nous nous sommes lancé dans la découverte d’un cinéaste très peu connu sur lequel il n’y a pas encore eu beaucoup d’écrits et dont les films ne se trouvent pas encore facilement. Cependant, depuis 2013 ce cinéaste espagnol se fait lentement redécouvrir et encenser par certaines critiques. Gonzalo Garcia Pelayo fut donc pour nous une découverte totale.

Gonzalo Garcia Pelayo

C’est à la suite d’un article publié dans le journal français Libération en mars dernier (http://next.liberation.fr/cinema/2014/03/18/pelayo-possede-par-le-dement_988042) que notre curiosité de cinéphiles a été titillée. On y dévoile non seulement un cinéaste méconnu qui a été important dans l’histoire du cinéma espagnol mais aussi un homme qui s’est rendu riche en élaborant un système de calcul des probabilités pour exploiter les failles des jeux de roulette des casinos. Gonzalo Garcia Pelayo est un touche-à-tout. Il a autant été cinéaste que producteur musical, producteur/animateur télévisuel, animateur radio et joueur professionnel au casino. Mais reprenons l’histoire depuis le début.

Gonzalo Garcia Pelayo est né en 1947 à Madrid, en pleine Espagne franquiste. Il aura donc grandi et vécu 30 ans sous un régime conservateur autoritaire de dictature, de répression et de censure. Jeune adulte, Pelayo s’intéresse déjà beaucoup au cinéma. Comme il est alors difficile d’étudier le cinéma en Espagne, il part à Paris où la « nouvelle vague française » commence à faire du bruit. Il y restera deux ans (1965 à 1967) à passer l’essentiel de son temps à voir des films à la Cinémathèque francaise (voyant 2 à 3 films par jour) et à lire les Cahiers du cinéma. Il y rencontrera André Bazin, mais surtout, il découvrira des films qui le boulversent (Viridiana de Luis Buñuel sera son premier choc cinématographique, mais aussi les films de Jean-Luc Godard et le Gertrud de Dreyer) et voudra alors chercher à rendre un choc cinématographique semblable. Le germe cinéphilique est alors semé et Pelayo rentre en Espagne en 1967 avec près de 1000 films regardés en cinémathèque.

 
tournage de Manuela (1975)

Le régime politique n’aidant pas au dévelloppement de son désir d’être cinéaste, il laissera ses ambitions de cinéaste de côté le temps d’ouvrir en 1967 une boîte de nuit, le Don Gonzalo, et développera plutôt sa première passion qu’est la musique. Pelayo se fera plus tard producteur de musique et innovera avec une rencontre entre le flamenco et le rock psychédélique. C’est à la suite de la mort du général Franco et de son régime peu de temps après que Gonzalo Garcia Pelayo se lance vraiment dans le cinéma avec un premier long métrage, Manuela (1975). Son film le plus facile d’approche et le plus classique, a été aussi le seul à avoir été populaire en Espagne. On dira plus tard qu’il aura certainement influencé Luis Buñuel à faire Cet obscur objet du désir (1977) (film dans lequel on retourve l’acteur Fernando Rey qui se retrouve aussi dans Manuela). Cependant, les gens ne voient pas le deuxième niveau de lecture du film et Pelayo s’en désole. Il décide alors d’aller droit au but pour son prochain film et dire ce qu’il voulait vraiment dire en ne se mettant aucune barrière. Il en sortira son meilleur film, Vivir en Sevilla (1978). Après seulement quelques présentations en festivals espagnols, le film ne sera compris ni de la population, ni de la critique. Pelayo réalise tout de même trois autres films par la suite qui seront eux aussi à peine présentés, sans succès et rapidement tombés dans l’oubli.

Il quittera le cinéma avec l’arrivée du Parti socialiste ouvrier espagnol (1982-1996). À partir de ce moment, Pelayo se concentrera sur la production musicale et télévisuelle jusqu’à ce qu’il se découvre une passion pour le calcul de probabilité et la roulette. Avec l’aide de sa famille, Pelayo découve les failles de certaines roulettes en parcourant les casinos et exploitera cette faille en développant un système de calcul des probabilités qui le rendra riche. Un court documentaire vidéo résumant l’histoire se trouve sur youtube : 
Un film de fiction relatant ses exploits à ce sujet a aussi été fait en 2012 : The Pelayos d’Eduard Cortés. C’est d’ailleurs surtout pour cet exploit que le nom de Gonzalo Garcia Pelayo était connu.

Ce n’est que depuis quelques années que des critiques (tel Álvaro Arroba qui plaça pour la revue Sight and Sound le film Vivir en Sevilla dans son top 10 des meilleurs films) et historiens du cinéma espagnol sont revenus sur son œuvre pour la revaloriser. Depuis, ses films ont fait l’objet d’une rétrospective à la Viennale (Viena International Film Festival) en octobre 2013, ainsi qu’au musée Jeu de Paume à Paris en mars 2014. Ce soudain intérêt pour ses films donnera un second souffle cinématographique à Gonzalo Garcia Pelayo qui se lancera dans la réalisation d’un nouveau film (Alegrías de Cádiz, 2013) pour le présenter à temps lors du cycle lui étant consacré à Vienne. Depuis, des journaux tels Le New York Times, Libération et Le Monde ont commencé à répendre la bonne nouvelle par leur enthousiasme face à ce qu’ils ont vu. Cet enthousiasme a été contagieux pour nous et nous a fait nous lancer tête première dans le visionnement d’un film que nous ne comprenions qu’à peine (le film ne se trouvant qu’en espagnol sans sous-titre). De mon coté j’ai eu la chance de le regarder avec une personne comprenant mieux l’espagnol ce qui m’a grandement aidé à saisir toutes les particularités du film. Cet élan précipité nous a donc fait découvrir un film remarquable qui respire la liberté et démontre clairement qu’un cinéaste espagnol avait été trop rapidement oublié. Sa récente redécouverte offira probablement une nouvelle sortie de ses films et, espérons-le, une rétrospective en cinémathèque près de chez nous afin de découvrir son œuvre dans les meilleures conditions. Nous nous sommes donc penché sur son seul film disponible, Vivir en Sevilla.

 
Vivir en Sevilla (1978)

Tourné durant une importante transition démocratique suivant près de 40 ans de dictature, Vivir en Sevilla est un film qui se veut une ode à la liberté. Liberté du peuple, liberté sexuelle, liberté d’expression, liberté cinématographique. Il a d’ailleurs été tourné de façon totalement indépendante. Son film (et son œuvre de façon générale) témoigne d’une certaine Andalousie, d’une vie dans une nouvelle Espagne en transition. C’est aussi une symphonie pour Séville et ses habitants. Pelayo veut  autant rendre compte que s’interroger sur les relations humaines, d’un point de vue amoureux et sexuel, en les ancrant dans le contexte social et politique particulier dans lequel l’Espagne se trouve alors. Suite à plusieurs années de répression culturelle, artistique et sexuelle, Pelayo renverse radicalement la situation avec un film qui brise les conventions cinématographiques alors en place en Espagne. Les influences de la « nouvelle vague française » (Godard particulièrement) se font sentir mais les gens qu’il filme et leur réalité en font un film totalement espagnol. Avec un optimisme païen et une volonté de montrer l’érotisme sans culpabilité, il racontera l’histoire d’une relation entre Ana et Miguel. Nous suivons donc l’évolution de cette relation, sa rupture et son renouvellement. Cette histoire sera aussi un parallèle de la relation du peuple espagnol à son pays, qui se sépare un temps, pour mieux se retrouver. La politique est d'ailleurs toujours dans le film, tantôt à travers une conversation ou un entretien, tantôt dans une image de manifestation en arrière plan.

Au niveau de la forme, le film est en deux parties qui sont séparées par un intermède musical, une danse de la fierté. On y passe régulièrement du documentaire à la fiction. On place souvent du texte à l’écran. On insère de la narration pour commenter ce qu’il y a à l’écran (par moment à la manière du film Moi un noir de Jean Rouch, par moment à la manière de Godard). On y trouve occasionnellement des brisures de ton. Il y a donc un mélange de genres et de formes à  travers l'image et le son. La musique y tient un rôle essentiel puisqu’elle fait partie intégrante du scénario. C’est d’ailleurs toujours à partir de pièces musicales et de leurs paroles que Pelayo s’inspire pour écrire un scénario. C’est le point de départ. Ensuite viennent les images. Le film est aussi une célébration de la musique, du verbe et de la voix. Au final, Vivir en Sevilla dresse le portrait d’une société qui s’ouvre sur les nouveaux horizons offerts par la démocratie. Pelayo filme la vie qui renait en montrant le désir. Un hommage à une ville et ses habitants.

 
Hommage à une ville et ses habitants, ode au désir : Vivir en Sevilla (1978)


Gonzalo Garcia Pelayo a donc fait un cinéma de transition. Transition politique mais aussi transition cinématographique. C’est maintenant que ses films se font redécouvrir qu’on lui reconnaît des liens vers les cinéastes espagnols qui lui ont suivi. Il aura su construire une œuvre qui a été la transition vers un nouveau cinéma espagnol alors naissant. 

-David Fortin

En bonus pour les intéressés:
Un entretien vidéo récent (et fort passionnant) avec le cinéaste qui a été fait lors de la rétrospective à Paris. :


pour écouter l'émission cliquer ici
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire