mardi 22 juin 2010

Quand le Psycho-Sexuel se rebiffe!


Avez-vous souvent ce genre de conversation ?
Ou peut-être même qu'un ami vous a déjà dit :
Des fois, dans des fêtes, lorsqu'on veut mettre un "frette" !
Si oui ,vous êtes probablement arrivées à cette conclusion :




Triste...si triste. Il est si loin de nous le temps du thriller Gender-Bender, le Giallo sexuel et du Roman Polanski de première époque. Loin de nous le temps des organes génitaux meutriers (sauf pour Hennenlotter, Allah merci, nous l'avons encore lui) et des pénétrations de couteaux (I Stab you, I fuck you), de boy-girl killer syndrome, de Roman Polanski....bref, nous nous ennuyons beaucoup de Polanski et de Adjani qui fait des fausses couches dans le métro aussi.

Un autre temps, un autre époque, une autre génération nous disions, un temps ou le cinoche avait des couilles et ne savait pas s'il voulait les garder ou se les trancher par dégout. Un temps ou les burnes suce-dites ce seraient retournées contre leur propriétaire et l'aurait forcé à tuer des femmes dans des chambres d'hotel.

Nous faisons notre deuil de ce genre, juste à temps pour ceci :


Suprise BORDEL DE MERDE ! UN DIRECT TO VIDEO NOMMÉ PEACOCK, HAHA WE GOT YOU ALL YOU FUCKING FUCKERS, WE LIVE! WE LIVE! CHOP OFF OUR PENIS AND TWO WILL GROW BACK!

Effectivement, le mois dernier est tombé sur nos entre-jambes une fameux petit bijoux nommé PEACOCK et le bafouillement suivi. Un psycho-sexuel bien crade...avec Cilian Murphy (prononcé Kill-ian, by the way, pas Cill-ian) Susan Sarandon, Josh Lucas, Keith Carradine (qui en vit en tabarouette du psycho-sexuel), Bill Pullman et la fille qui jouait dans Juno...qui nous promet d'être une sorte de préquelle non-avouée à Psycho (intriguante et mastodontique promesse).

Nous vous en dirons que très peu de chose sinon merci Gary pour la découverte et qu'il vous ferait un grand bien d'aller vous dénicher ce petit film, si ce n'est que pour vous consoler qu'il existe encore bel et bien des films psycho-sexuels bien ficelés, bien "creepy" et subtils. Si ce n'est que pour vous redonner le goût d'aller écouter Psycho ou Shock ou Sisters ou Dead ringers ou Birth ou n'importe quoi par Polanski (sauf Oliver Twist..tiens allez seulement voir ce qu'il à scénarisé pendant qu'on y est)

On vous encourage à "keep the psycho-sexuel alive" et nous aurons possiblement avec PEACOCK le premier oscarisé pour une performance straight-to-video. Sachez que le producteur du film, Barry Mendel (aussi producteur de Rushmore, Sixth Sense et The Royal Tenenbaums) considère que la performance de Cillian Murphy est la meilleure qu'il à vu de sa carrière et qu'il fait présentement des pieds et des mains pour que Cillian soit décoré pour sa performance. Un excellent film pour les nostalgiques d'un temps moins innocent, plus complexe et tordu, où le malsain se cachait sous une robe de fleurs.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire