mercredi 16 décembre 2009

Notre dernière émission pour 2009: Trois versions de Christmas carol

CLIQUER ICI POUR ÉCOUTER CETTE ÉMISSION
Cette semaine, question de ne pas être des scrooges nous-même comme nous l'avons été l'an dernier, nous faisons un spécial de Noël. Et ce ne sera pas n'importe quoi les aminches! Nous entendons respecter notre mandat d'analyse et de philosophie tout en célébrant la venue de la fête. Pour accomplir ce divin dessein, nous nous pencherons sur le mythe incroyablement vigoureux de Charles Dickens. Plus de 100 adaptions télévisuelles, 80 au cinéma, un peu moins de 65 en animation sans compter les marionnettes; qu'y a t-il précisément, dans A Christmas Carol, qui fait de cette histoire un incontournable dans la TOTALITÉ des médiums narratifs. La réponse est beaucoup plus complexe qu'il n'y parait.

En partant de ce qui est considéré comme la plus grande adaptation, le très gothique Scrooge de 1951 avec Alaistair Sim, nous comparerons la dernière version de Robert Zemeckis en 3d avec Jim Carrey et le Scrooged de Richard Donner avec Bill Murray. Ironiquement, ces deux dernières versions, pouvant sembler des plus anodines, sont profondément recherchées.


Si Scrooged est un rigoureux travail de transposition scénaristique, A Christmas Carol de Zemeckis est la version la plus totale qui soit de l'oeuvre (incroyable mais vrai!), allant aux sources du texte lui-même, des illustrations de John Leech et de la version de 51 tout en se permettant une effarante exploration des moyens techniques de notre époque. Bref, ce Scrooge est tout sauf cheap. L'énergie de Carrey inonde l'écran malgré son absence physique, il capture à merveille un timbre de voix qui évoque Alaistair Sim. La physionomie des personnages est parfois ahurissante de laideur. Ne l'oublions pas: Christmas Carol est une histoire d'horreur et ces trois films sont de ceux qui savent le mieux capturer cette notion. Les meilleures histoires de Noël sont très souvent des films qui font également des bons films d'Halloween (Nightmare before Christmas, Edward Scissorhands...Gremlins!)

À l'orée de l'inévitable rafale que causera Avatar, il est quelque peu touchant, miraculeux même, de voir les nouvelles technologies portées au service de vieille histoire (au niveau narratif, il est clair que Avatar, ce sera Pocahontas dans l'espace). Les conteurs ont de nouveaux trucs, mais les histoires restent les mêmes.


À tous les fidèles auditeurs nous ayant suivi cette saison, nous souhaitons un Joyeux Noël et, du fin fond du coeur, une très belle année... Pour écouter cette émission cliquez ici même.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire