samedi 16 octobre 2010

Vous pouvez aimer votre ordinateur...

mais pas aimer votre ordinateur.

(vous comprenez?)

Édité en 2001 par Anchor Bay et réapparu sur les tablettes en 2003 dans le coffret Straight to Hell : Alex Cox Collection, il est maintenant prudent de dire que DEATH AND THE COMPASS, adaptation d’une nouvelle de Borges faite par le réalisateur Über-culte (remarquez l’umlaut) Alex Cox est pour ainsi dire INTROUVABLE!

Impossible! Introuvable! Perdu dans les dédales spiralés d’un wet-dream d’Escher et de Cher. Inaccessible, introuvable au large dans les méandres des recoins de l’esprit des gens qui l’auraient vu, là où le rêve va parfois mais où la main n’a jamais posé le doigt. Triste perte à perpétuité perpendiculaire protoplasmique pernicieuse! Mais quoi…pardon…ah oui?

Et oui, comme c’était dit dans les temps anciens : The Dude Abides…Jesus Wept! et the Internet Saves! Car cette semaine, perdu dans les brancards binaires fait surface une copie de DEATH AND THE COMPASS!

Mais quelle grande âme? Quelle grandiose compagnie nous livre ce petit miracle mystérieux mout-de-pomme?

Anchor Bay encore? Ou peut-être Blue Underground?

Non, c’est Daily Motion.


Death and the compass
envoyé par BFIfilms. - Regardez des web séries et des films.

Voyez-donc, voyez tous la chance que nous avons de non seulement pouvoir VOIR le film, mais aussi de le voir IMMÉDIATEMENT, INTÉGRALEMENT et GRATUITEMENT.

Je sais pas ce qui vous retient.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire