lundi 25 novembre 2013

Notre émission du 21 novembre 2013 : THE SHOUT de Jerzy Skolimowski (1978)

Pour écouter cette émission, cliquer ICI

The Shout s’inscrit dans un sous-genre du cinéma d’horreur (essentiellement britannique) nommé « Folk-Horror », genre qui intègre des éléments folkloriques de tradition païenne (majoritairement européenne mais dans ce cas-ci australienne), des éléments occultes et des rituels. On retrouve dans ce sous-genre des films tel The Wicker Man (1973), Blood on Satan's Claw (1971) ou The Last Wave (1977) pour n’en nommer que quelques-uns. The Shout est donc un film d’une grande charge occulte dans lequel on retrouve beaucoup de mysticisme. C’est le récit d’un étranger, Charles Crossley (Alan Bates), qui vient s’immiscer dans la vie d’un couple (John Hurt et Susannah York) en contrôlant ses hôtes à l’aide d’objets et de rituels mais surtout par sa force de persuasion, pour éventuellement prendre possession de la femme. L’histoire est racontée par l’étranger qui se trouve alors dans un hôpital psychiatrique juste après que la première question du film soit évoquée: qu’est-ce que la normalité. En débutant le récit fait par l’étranger, le film démontre un lent fondu-enchaîné de l’image du personnage racontant le récit avec celle du même personnage marchant dans les dunes (donc en surimpression dans sa propre tête) vers le couple à dominer qui se réveillera alors d’un étrange rêve (ils rêvent tous deux à cet homme marchant dans les dunes en arborant un os à pointer magique). Par le récit de son histoire, Crossley simmisce déjà dans leur tête et le cinéaste Jerzy Skolimowski annonce déjà les couleurs et motifs cycliques du film.
Crossley raconte Crossley
Artiste multi-disciplinaire (il est aussi poète, peintre, dramaturge, acteur), Jerzy Skolimowski a été avant son exil un cinéaste important de la nouvelle vague polonaise des années 1960. Sa façon d’écrire sa poésie ainsi que son affection pour la musique jazz viennent beaucoup se refléter dans sa façon de construire un film, particulièrement The Shout. La réalisation syncopée de Skolimowski, tout en rupture de ton et de rythme, provoque une déstabilisation chez le spectateur et reflète constamment l’état des personnages, leur prise avec le réel, puis éventuellement leur perte de contrôle. La réalisation du film étant souvent admirée et jugée très méticuleuse, il dira dans une entrevue que le tournage a été fait de façon très instinctive dans un certain chaos (changements de dernière minute dans les dialogues ou les scènes, improvisation d’ajouts dans le décor selon ce qui lui tombe sous la main, inspiration du moment). Tourné en 34 jours dans une région de l’Angleterre par un réalisateur qui s’exprimait alors mal en anglais, Skolimowski aura su s’entourer d’une équipe très compétente pouvant rendre sa vision possible (des acteurs sachant improviser, deux membre du groupe Genesis pour faire la musique, un directeur photo qui sait tirer le naturaliste voulu, un des meilleurs mixeur sonore pour expérimenter avec le son Dolby Stéréo (dont le film est un des premiers à utiliser), etc.). Le travail sonore du film est d’ailleurs exemplaire et ne sera apprécié à sa juste valeur qu’avec une projection en salle (le film se faisant très rare, n’hésitons pas à suggérer à la Cinémathèque québécoise de récidiver ce qu’elle a fait en 2010 avec la projection de sa copie 35mm).

expérimentations sonores d'Anthony
Skolimowski utilise de nombreux procédés sonores et visuels dans son montage pour exprimer l’idée de répétition, créer un rappel pour le spectateur, puis au final  déstabiliser. Tout dans le film est un cycle, une boucle, une répétition, à l’intérieur du film tout autant que le film lui-même (qui se termine par la scène d’ouverture). Les objets, les motifs et les actions se répètent, se répondent ou s’opposent. Lorsque le personnage de Charles Crossley s’introduit pour la première fois dans la maison, le cadrage du plan nous laisse découvrir une abeille décorative suspendue juste au dessus de sa tête. Il dit alors : « I must admit I invited myself ». Crossley s’impose au couple. Le plan suivant Crossley s’approchera de la fenêtre pour écraser une abeille qui parcourait la vitre tout en disant « Has the human a soul? And if he does, where does he keep it? ». Crossley établit son but dès le départ. Anthony va plus tard emprisoner une abeille pour en enregistrer le son (une tentative inconsciente de domination sur l’autre?). Crossley et Anthony auront donc un rapport de force tout au long du film. Ce n’est qu’un exemple des motifs de répétitions et d’oppositions que le film comprend. On pourrait élaborer sur l’importance de l’image du soulier (la boucle de la sandale de Rachel volée par Crossley comme objet de pouvoir, le cordonnier, le soulier qui servira à détruire la roche contenant l’âme de Crossley, etc.) ou le miroir (qui apparaît trois fois dans le film : au départ pour montrer le couple, une deuxième fois pour montrer Crossley, puis une troisième fois démontrant les trois). Une quantité énorme d’objets et de motifs viennent se répéter et signifier le film. 

Anthony trouve la pierre de l'âme de Crossley
Crossley, personnage déterminé, sera en position de domination sur Anthony, personnage plutôt torturé et effacé. Ces deux forces contraires s’opposent mais aussi se complètent et c’est peut-être ainsi qu’on peut voir ces deux personnages dans le film. Une complémentarité d’un seul et même être, d’une seule et même force. Tous deux ont une certaine maîtrise du son (de façon technique pour Anthony et de façon naturelle pour Crossley). Anthony est à la recherche d’une certaine vérité à travers ces expérimentations sonores. Tous ses enregistrements de sons naturels reflètent sa quête vers quelque chose de plus grand que lui. Il s’inspire en posant dans son studio des images qui lui parlent. Plus précisément des reproductions de peintures de Francis Bacon. C’est comme si Anthony invoquait quelque chose avec ses rituels sonores accompagnés d’iconographies. Son studio devient alors un véritable autel qu’il utilise pour faire ses incantations sonores. Crossley incarne donc cette autre qu’il invoque. Cet autre version de lui-même. Ce versant imposant plein de déterminisme qui est capable de prendre sa femme comme Anthony ne sait plus le faire (on comprendra l’état de la relation du couple avec la relation adultère qu’Anthony entretient avec une autre femme du village).

Crossley démontre qu'il maîtrise aussi le son
Les différentes images des peintures de Francis Bacon sont montrées à des moments précis dans le film pour annoncer les deux moments déterminants à venir pour Anthony. La première image est celle d’une personne à quarte pattes qui annonce la domination de Crossley sur Rachel, la femme d’Anthony (que l’on verra dans cette même position le temps d’un plan durant une scène amenant celle-ci à se laisser posséder par Crossley). La deuxième image sera celle d’un visage torturé criant qui annonce la scène du cri que Crossley démontrera à Anthony suite à la demande de ce dernier. La troisième fois qu’on verra Anthony dans son studio d’enregistrement sera aussi une autre invocation pour Crossley. Suite au départ de Crossley qui vient de posséder sexuellement la femme d’Anthony, ce dernier cours à son studio et essaie de reproduire le fameux cri de ce dernier. Le plan suivant nous montre Rachel assise dans la cuisine, suivi d’un oiseau qui entre par la fenêtre pour disparaître du plan, puis Crossley apparaît en s’approchant d’elle par dernière. Anthony aura une fois de plus appelé son double, parce qu’il ne peut finalement fonctionner qu’avec lui. Anthony trouvera ultimement le lien entre les roches et les âmes (Crossley raconte à Anthony au début de leur rencontre : « the soul sometimes must take refuge in a tree or a stone ») puis cassera en quatre morceaux la roche contenant l’âme de Crossley (Au début du film un docteur de l’hopital psychiatrique raconte au personnage de Graves que Crossley croit avoir l’âme déchirée en quatre).

Les peintures de Francis Bacon annoncent les évènements
Le film se termine dans un chaos total à l'intérieur de la cour de l’hôpital psychiatrique où la nature se déchaîne et Crossley utilise alors une ultime fois son cri (ou est-ce le cri extra-diégétique à la fin du récit de Crossley qui créer le chaos autour de celui qui le récite). L’histoire elle-même venant d’un fou (mais l’est-il vraiment), nous pouvons douter de tout ce qui y est dit et choisir ce que l’on veut vraiment y voir. On pourrait d’ailleurs continuer longtemps à tisser des liens entre les scènes et en sortir des signifiants tellement le film de Skolimowski est une mine d’or pour tout amateur de sémiotique et un abyme de possibilités d’analyses filmiques. Avant de raconter son histoire au début du film, le personnage de Crossley dit qu’il aime en changer l’ordre des évènements, le climat et même les personnages chaque fois qu’il la raconte afin de garder l’histoire vivante. Les 60 minutes de l’émission nous donnent l’occasion d’en faire un parcours, mais à l’image de cette introduction que Crossley fait au récit, de nombreux autres visionnements et émisions sur The Shout pourraient se faire avant de percevoir toutes les possibilités qu’offre un film aussi riche.

-David Fortin

The Death Shout




Aucun commentaire:

Publier un commentaire