lundi 15 juin 2009

Notre émission du 17 juin: Les gros seins, au cinéma, c'est bien Meyer!


"Tant et tant de seins encore...seins paraboliques, seins lobulés, seins stériles, seins bouillants, seins griffus, seins de gitane pleins de baratin et sales comme le petit derrière d'un enfant qui s'est trainé par terre" -Ramon Gomez De La Serna
Pauvre Tartuffe avec son "cachez ce sein que je ne saurais voir". Dieu merci, Russ Meyer, roi des nudies, poète de la mamelle, n'a jamais eu ce problème. Le monde avait besoin de lui.
Outre la célébration monumentale de la boule, il y a chez Meyer un véritable cinéaste, plein d'humour et d'inspiration. Cette semaine, nous parlerons des grands bijoux de cet esthète rabelaisien. À travers sa fixation pour ces succulentes grappes de glandes, Meyer est aujourd'hui un incontournable, récupéré unilatéralement par la pop-culture, de la bande-dessinée à la photo de mode, de Tarantino à Rob Zombie. Cette image de Tura Satana, son inoubliable Varla, est iconique au possible! (Pour en savoir plus sur la vie terrible de cette femme incroyable, lisez ce brillant article)
Et si Meyer, au delà de sa fixation, disait quelque chose de surprenant sur la condition féminine?

Et si les gros seins étaient des bouées sauvant de la noyade des hommes submergés par la banalité de leur existence?

Regardes!
Même Sophia Loren... pourtant assez pourvue, se pourlèche la conscience devant un étalage divin!
Cliquer dans la vertigineuse craque de la photo de bas pour écouter notre émission sur le sujet



Aucun commentaire:

Publier un commentaire