jeudi 1 avril 2010

Il a bien fallu no.2: AEON FLUX épisode 2-Thanatophobia

Je ne crache plus depuis longtemps sur mes turgescences les plus incongrues (à moins d'un besoin urgent de lubrification). Je les accepte dans ce qu'elles ont de plus surprenantes, comme une séduisante copine de passage qui arrive toujours au moment le plus inopportun mais qui est toujours la bienvenue (ah tu es là?).
Ma dernière séance m'a quand même laissé un peu perplexe. D'usage, je ne me satisfait pas en regardant des animes, ou alors très rarement. Le hentai me stimule plus l'esprit que la verge. Allez donc savoir. Mais ça, c'est une autre paire de manche ou de...col.
Épisode 2 d'Aeon flux, série visionnaire: dans une dystopie orwellienne qui serait dessinée par Moebius, une dissidente d'une ville voisine et son amant tentent acrobatiquement de passer à l'ouest, sillonnant une pluie de projectiles lancés par de canon de de surveillance...

Aussi agile soit-elle, et elle l'est hautement, elle se fait bousiller une vertèbre. Son camarade passe sans problème.

Bien qu'elle soit passée à l'est, la dame sera désormais l'esclave personnelle du kinky despote Trevor Goodchild; elle devra se plier (littéralement) à ça pour qu'il lui fournisse sur une base régulière une petite vertèbre jetable pleine de jus anesthésique bleu poudre..

...qu'elle doit s'enfiler elle-même dans une petite cavité laissée dans son dos en permanence, non sans une certaine délectation érotique. Sans ce vertèbre jetable, elle devient toute molle et anormalement souple. Déjà là, ça me la gonfle un peu et je la soupèse. Donc, quand elle rencontre Trevor Goodchild et que sous prétexte de la soigner, il se met à lui jouer dans la cavité avec ses doigts et des outils chirurgicaux... et qu'il lui donne des orgasmes nerveux et gutturaux à travers la colonne, tout ça pour rendre jalouse son adversaire/fantasme Aeon flux qui zieute la scène avec envie (en haut de la flêche rouge)... ...pendant qu'elle torture le chum-gimp (qui a pour nom Onan...oui madame, je n'invente rien)de l'autre pour se venger... ...j'ai su que mon gonflement pouvait être mené à terme assez rapidement. Tout au plus deux minutes.

Ma satisfaction se conjugue avec la scène finale qui m'a fait tout de suite sourire:
Il faut savoir la prendre quand ça passe.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire